Monde

Exclusif : les croquis d’Abu Zubaydah publiés pour la première fois

Partager cet article

Les croquis du suspect terroriste, qui a été détenu dans la captivité de la CIA depuis 2002, viennent d’être publiés pour la première fois en vertu de la Freedom of Information Act.

La CIA a passé des années à essayer de sonder l’esprit d’Abu Zubaydah, le premier suspect terroriste soumis à des « techniques d’interrogatoire forcées » à la suite du 11 septembre. Les câbles et les rapports qui documentent les interrogatoires de Zubaydah remplissent des milliers de pages; des dizaines de ces pages ont depuis été rendues publiques sous forme expurgée. Les journaux que Zubaydah a conservés avant sa capture au Pakistan en 2002 ont également été publiés, ainsi que des extraits d’un récit à la première personne de son traitement brutal par les agents de la CIA qui l’ont interrogé.

Un aperçu de l’esprit de Zubaydah est évoqué dans une série de dessins qu’il a esquissés pendant les années où il était sous la garde des États-Unis. Ces dessins représentent tantôt les abus qu’il a subis tantôt des créatures tirées de la mythologie. Les dessins ont été diffusés suite à une plainte en vertu de la Freedom of Information Act déposée par une organisation de de la Yale Law School spécialisée dans la défense du droit d’accès à l’information et la liberté des médias.

Ce que Zubaydah essayait d’illustrer n’est parfois pas clair. Ses avocats, qui sont tenus par le secret, ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas discuter de tout ce qu’il leur avait dit et sur ce qu’il avait l’intention de faire. Mais les dessins de Zubaydah parlent d’eux-mêmes. Un Saoudien d’origine palestinienne – né Zayn al-Abidin Muhammad Husayn – Zubaydah a passé des années à organiser la formation et les voyages des djihadistes, bien qu’il ne soit pas un chef d’Al-Qaïda comme le croyait la CIA.

Sur une page, il se dessine dans divers états de tourments: enchaîné nu à une chaise, ayant uriné sur lui-même; confiné dans une boîte en forme de cercueil; et attaché au waterboard sur lequel il a été soumis à une simulation de noyade au moins 83 fois. Derrière sa cellule se cachent les gardes paramilitaires vêtus de noir qui veillent sur lui et aident ses interrogateurs à le punir.

Un autre dessin représente les souvenirs de Zubaydah, y compris son enchainement debout, arrosé d’eau, et menacé de mort. En tout, la CIA a publié huit dessins. Dans deux d’entre eux, Zubaydah se montre avec un patch sur son œil gauche. Bien que les circonstances dans lesquelles il a perdu l’œil restent floues, les responsables de la CIA et du FBI ont déclaré que l’œil de Zubaydah avait été contaminé avant son arrivée chez eux; il a été amputé chirurgicalement plus tard.

Libre press publie ces images pour offrir aux lecteurs un aperçu supplémentaire de la psychologie des suspects terroristes qui ont été soumis à des techniques qui sont maintenant largement considérées comme de la torture.

Depuis 2006, Zubaydah a été détenu dans un site secret contrôlé par la CIA sur la base navale américaine de Guantanamo Bay, à Cuba.

Quand il a été capturé, on a découvert que Zubaydah tenait un journal personnel, qui a été publié plus tard. Il a également donné à ses avocats de nombreux témoignages de son séjour en captivité chez la CIA, dont certaines parties ont été rendues publiques. Libre press a sélectionné quelques extraits :

Abu-Zubaydah1

Les témoignages de Abu Zubaydah à ses avocats:

Je faisais des rêves normaux et ensuite je me retrouvais à me réveiller et à me parler pendant longtemps et non pas quelques mots mais plutôt de longues phrases et ensuite me rendre compte que j’étais dans un monde différent du monde des rêves. D’autres fois, j’avais des cauchemars et je me réveillais en hurlant ou en jurant ou en essayant de donner un coup de pied ou de frapper quelque chose; ou je me réveillerais en hurlant ce cri spontané que je crierais à la fin de cette horrible chanson.

Abu-Zubaydah2

Ils ont déchaîné mes mains des barreaux et les ont enchaînés avec des chaînes courtes aux chaînes qui étaient autour de mes jambes, ce qui m’a maintenu dans une position inclinée de manière permanente … Ils m’ont brutalement traîné jusqu’au mur de ciment … Il a commencé à me frapper violemment face tournée contre le mur. Je sentais que mon dos se brisait à cause de l’intensité des coups. Il a commencé à me gifler encore et encore, pendant ce temps il hurlait. Il désigna alors une grande boîte en bois noire qui ressemblait à un cercueil en bois. Il a dit: « à partir de maintenant, ça va être votre maison … » Il ferma violemment la porte. J’ai entendu le son de la serrure. Je me suis retrouvé dans l’obscurité totale.

Abu-Zubaydah3

Journal de bord, juin 1990:

Un Palestinien comme moi sans patrie, ni de passeport et ni identité … Celui qui était destiné à naître dans un pays qui n’est pas le sien, et vit parmi des gens qui le considéraient avant tout comme un réfugié … alors que les juifs occupent mon pays . Ce regard me dérangeait depuis que j’étais petit. J’avais l’habitude de l’ignorer, mais c’est un destin qui ne peut pas être évité.

Abu-Zubaydah4

Ils ont continué à verser de l’eau et se concentraient sur mon nez et ma bouche jusqu’à ce que je sente vraiment que je me noyais et que ma poitrine était sur le point d’exploser à cause du manque d’oxygène. En effet, c’était la première fois et le premier jour que je pensais que j’allais mourir de noyade. Tout ce que je sais ou me souviens, c’est que j’ai commencé à vomir de l’eau mais aussi du riz et des fèves.

Et dès que j’ai vidé mon estomac de l’eau et de la nourriture, ils ont ramené le lit à la position horizontale normale … J’ai essayé de parler ou de crier avec ma tête couverte: « Je ne sais rien » mais j’ai soudainement senti l’eau qui coule à nouveau …Abu-Zubaydah5Journal de bord, novembre 1998:

Je pense que j’ai regardé un film américain intitulé «Rambo en Afghanistan» ou «First Blood 3» il y a dix ans. À l’époque, j’étais étonné de l’ampleur du sang, des explosions et de l’excitation dans ce film comme dans la plupart des films américains. des frères nous ont donné le même film à regarder après avoir supprimé la musique et les scènes corrompues qui ne correspondent pas à nos convictions. Aujourd’hui et après toutes ces années … j’ai regardé … ce film et j’ai ri bruyamment … j’ai ri … j’ai ri … Mes yeux sont devenus larmoyants à cause du rire profond …

Pour consulter l’ensemble des croquis, cliquez ici

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.