Politique

Le syndicat national de la presse marocaine s’oppose à un projet d’amendement du code de la presse et de l’édition

Partager cet article

Le syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a exprimé sa « profonde inquiétude » concernant des amendements proposés par le gouvernement dans un projet de loi portant sur des dispositions du code de la presse et de l’édition. Un projet soumis à l’étude à la commission de l’éducation, de la culture et de la communication au sein Parlement.

Dans un communiqué, le SNPM rappelle avoir transmis un mémorandum détaillé concernant les propositions d’amendement du gouvernement au moment où le projet était discuté en Conseil de gouvernement. Le SNPM s’oppose fermement au renvoi de certaines dispositions relevant de la presse au code pénal, ce qui selon le SNPM, vide le code de la presse de sa substance et constitue une menace pour la liberté de la presse et une porte ouverte pour toutes formes de restrictions.

Le SNPM s’oppose aux amendements des articles 64 et 72 qui prévoient une immunité pour les patrons de presse occupant des fonctions publiques et empêchent toute reddition des comptes à leur encontre. Toutefois, le SNPM reste ouvert à toute réforme portant des aspects exclusivement organisationnels. Dans son communiqué, le SNPM a également dénoncé le fait que ses recommandations n’aient pas été prises en compte avant la présentation du projet d’amendement devant le Parlement.

Pour le SNPM, le projet de loi n° 71.71 constitue une régression en matière de liberté de la presse et de l’édition et ne correspond pas à l’esprit et la lettre de la Constitution de 2011. Selon le SNPM, ce projet de réforme constitue une nouvelle restriction à liberté d’expression au Maroc et un nouvel instrument de répression pénale contre les journalistes. Pour toutes ces raisons, le SNPM appelle les différents groupes parlementaires à rejeter le projet de loi dans sa version actuelle.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.