Politique

Le trafic du sable marin continue d’épuiser les côtes marocaines

Partager cet article

Les mafias du sable marin continuent leur activité illégale sur les cotes et au bord des fleuves marocains, menaçant ainsi les ressources naturelles et l’équilibre écologique et halieutique du pays.

Lors d’une réunion de la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement au  Parlement cette semaine et sur initiative du groupe parlementaire du PJD en présence de Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, la commission a tiré la sonnette d’alarme contre l’exploitation illégale et aveugle du sable marocain

La réunion a étudié le problème sous différents angles notamment des chiffres inquiétants concernant l’exploitation du sable. 55,07% du sable commercialisé sur le marché provient d’une exploitation illégale qui échappe aux contrôles administratif et fiscal.

Par ailleurs, les sociétés d’exploitation ne font pas d’études d’impact conformément au cahier des charges adopté en 2002 au moment où l’environnement maritime se détériore d’année en année. Certaines sociétés bénéficient d’une prolongation illégale du délai d’exploitation depuis 2008 dans le mépris des dispositions de la loi n°13-23 sur l’exploitation des carrières et spécialement l’article 20 qui encadre les aspects liés à la protection de l’environnement et les ressources halieutiques.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.