Droits humains

Affaire Bouachrine : création d’un Comité pour la vérité et la justice

Partager cet article

Des personnalités politiques, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme ont constitué un « Comité pour la vérité et la justice » dans le but de faire la lumière sur les graves irrégularités qui entachent le procès  du journaliste Taoufik Bouachrine, fondateur du journal « Akhbar Al Youm » et du site d’information Alyoum24.

Le comité qui a vu le jour le samedi 2 juin au siège de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Rabat a lancé une pétition pour la libération du journaliste ; demande  la levée du huit clos dans les audiences du procès pour permettre aux observateurs et aux défenseurs des droits de l’homme de suivre leur déroulement et annonce son soutien aux femmes journalistes qui  nient leur liaison avec le procès et refusent d’y être impliquées.

Lors de la réunion constitutive du comité, Le journaliste Souleimane Raissouni a déclaré que le huit clos empêche de connaitre la vérité, précisant que le comité nouvellement créé cherche à découvrir la vérité et à garantir un procès équitable pour Taoufik Bouachrine.

Raissouni a affirmé que Bouachrine était un journaliste courageux avec une grande  expérience qui gênait certaines personnes, en insistant que le comité ne cherche pas uniquement à faire la lumière sur cette affaire mais également à protéger la profession du journalisme et la liberté d’expression.

La défenseure des droits de l’homme Khadija Riyadi figure parmi les fondateurs de ce comité. Elle considère que l’initiative a tardé à voir le jour et que le dossier est entouré d’éléments suspects qui suscitent l’interrogation. Khadija Riyadi déplore l’absence d’un comité de défense pour Bouachrine à l’instar de ce qui se fait pour d’autres journalistes considérant qu’il s’agit d’un dossier politique qui révèle de graves irrégularités.

Khadija Riyadi a déclaré : « personnellement, je ne peux disculper ou signer à blanc mais tant que les procédures n’ont pas été respecté, nous sommes en présence d’un dossier politique et nous soutiendrons n’importe quelle plaignante pour la défense de ses droits mais cela ne signifie pas de bafouer les droits de l’autre partie ».

Rappelons que le secrétariat du Comité vérité et justice est composé de Souleimane Raissouni, Adil Benhamza, Ismail Hammoudi, Maâti Mounib, Amina Maalainine, Abdellatif Hmamouchi, Fatima Ifriqui, Ahmed Snoussi, Saida Kamel, Khadija Riyadi, Rabia Bouzidi, Zhari Mohammed et Khaled Bekkar.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.