Droits humains

Des marocaines, femmes de djihadistes bloquées au nord de la Syrie

Partager cet article

Une ONG accuse les Forces démocratiques syriennes d’avoir permis le transfert de femmes marocaines mariées à des combattants de l’État islamique vers des zones encore contrôlées par l’organisation terroriste à l’est de la Syrie, et ce dans le cadre d’une opération d’échange de prisonniers ou de rançon.
Le président de l’Observatoire du Nord des droits de l’homme, Mohammed Banaissa a déclaré à l’AFP que « les Forces démocratiques syriennes (coalition soutenue par Washington pour combattre les djihadistes) a livré ces deux derniers jours et contre leur gré 35 marocaines et environ 50 enfants à l’organisation État islamique» sur la base de témoignages recueillis par l’Observatoire auprès de marocaines au nord de la Syrie.
Benaissa a jouté que « l’opération s’est effectuée dans le cadre d’une opération d’échange de prisonniers ou en contrepartie d’une rançon ». Il affirme que l’Observatoire a reçu « des appels de détresse » provenant de marocaines se trouvant dans des camps de réfugiés au nord de la Syrie et qui refusent de rejoindre les zones contrôlées par l’État islamique après l’arrestation ou la disparition de leurs maris qui combattaient dans les rangs de l’organisation terroriste.
Banaissa estime à environ 200 le nombre de marocaines se trouvant au nord de la Syrie avec leurs enfants et précise qu’ »elles préfèrent retourner au Maroc et affronter la justice que d’être livrées à l’État islamique ou aux forces irakiennes ».
Benaissa a précisé que son organisation à adresser des correspondances à l’administration civile des Forces démocratiques syriennes en vue de faciliter le retour de ces femmes sans recevoir de réponse.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.