Economie

Boussaid rassure sur les effets de la flexibilité du dirham

Partager cet article

Un an et demi après l’adoption de la libéralisation du taux de change au Maroc,  le ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Boussaid présente son premier bilan.

En réaction à la déclaration du parti Authenticité et Modernité (PAM) soulignant que la flexibilité du dirham a eu un impact négatif sur les prix, le chômage et l’inflation, Mhammed Boussaid a nié ces effets déclarant que: « malgré toutes les exagérations qui ont accompagnées la décision, le taux de change n’a pas dépassé les fluctuations précédentes ». Selon le plan adopté par le gouvernement, les fluctuations du taux de change ne devront pas dépasser +/- 2,5%.

En réponse à une question orale du groupe PAM au Parlement, Boussaid a précisé que ce taux n’a pas été atteint six mois après l’adoption de la décision de libéralisation.

Dans ce sens, Boussaid a déclaré:  » nous n’avons pas atteint le seuil de fluctuation et nous n’avons même pas atteint l’ancien seuil qui était de 0,3%. » Boussaid a précisé qu’: »il n y eu aucun effet, ni sur l’économie nationale, ni sur les prix, ni sur les hydrocarbures ».

Par ailleurs, Boussaid a déclaré: « après cette décision, il y a une légère hausse par rapport à l’euro et une légère baisse par rapport au dollar », précisant que ces indicateurs traduisent la confiance des partenaires du Maroc dans son économie nationale.

Un étude de Bank Al Maghrib (BAM) avait précédé la décision du gouvernement avant que celle-ci ne soit adoptée par le ministère de l’Economie et des Finances annonçant que cette décision accompagnait le développement que connait le Maroc en matière de ses capacités en réserves de devises étrangères qui atteignent 240 milliards de dirhams et son taux d’inflation qui s’est stabilisé à 0,6%.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.