Boycott

Boycott: les petits fermiers veulent leur propre unité de production de lait.

Partager cet article

Le boycott de « Centrale-Danone » continue de produire son effet boule de neige. Dernier en date, des coopératives proposent leur soutien aux éleveurs pour la création d’unités industrielles de production de lait et l’abandon de la société « Centrale ».

Dans un communiqué, « l’Union des coopératives laitières du Gharb,  demande aux responsables régionaux d’ouvrir un dialogue avec les coopératives pour étudier le soutien d’un projet d’unité de production de lait et l’arrêt des transactions avec la société Centrale ».

Les petits fermiers n’ont pas été invités à la réunion de la commission des secteurs productifs dont les conclusions servent Centrale-Danone au détriment des consommateurs et des éleveurs.

Le président d’une coopérative affiliée à l’Union, Mohamed Lgueraa explique les motifs de l’initiative « qui intervient suite aux recommandations de la dernière réunion de la commission des secteurs productifs au parlement en présence d »Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance et de grands agriculteurs ainsi que des représentants des associations professionnelles du secteur ». Lgueraa a déclaré: « les petits fermiers n’ont pas été invités à cette réunion dont les conclusions servent Centrale-Danone au détriment des consommateurs et des éleveurs ».

Les coopératives cherchent à produire leur lait et le vendre aux marocains à un prix raisonnable qui prend en compte leur pouvoir d’achat et garantit au fermier ses intérêts.

Lgueraa a précisé:  » les fermiers souffraient avec Centrale-Danone avant la campagne de boycott. La société achetait le litre de lait à trois dirhams pour certains et à moins de deux dirhams pour d’autres ». Et de poursuivre: « les coopératives cherchent aujourd’hui une solution pour produire leur lait et le vendre aux marocains à un prix raisonnable qui prend en compte leur pouvoir d’achat et garantit au fermier ses intérêts, sans être à la merci des sociétés qui exploitent leur lait sans contrat imposant le respect de leurs engagements envers les éleveurs ».

D’autres coopératives de Sidi Kacem ont déclaré qu’elles souffraient elles aussi de l’attitude de « Centrale » avant la campagne de boycott, précisant que leur situation a empiré après la baisse de l’approvisionnement de 30% ». Dans un communiqué, les coopératives dénoncent le fait que la « Centrale » ne prend pas en compte la hausse du coût de revient dû à l’augmentation du prix des intrants ».

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.