justice

L’avocat d’Amal Houari rend hommage à Maître Ziane pour avoir protégé sa cliente.

Partager cet article

L’avocat de Amal Houari dans le procès Bouchrine, explique que sa cliente se trouvait au domicile de Maître Ziane ou moment de son arrestation car elle ne pouvait pas faire autrement.
L’avocat Isaac Charia, conseil de Amal Houari, témoin dans le procès du journaliste Taoufik Bouachrine a clarifié les motifs qui ont conduit sa cliente à se trouver au domicile de Maître Mohamed Ziane au moment de son arrestation.
Sur son compte facebook, Charia précise que les deux fils de Maître Ziane et son épouse ont été interrogés par la police pendant de longues heures, « sans qu’ils aient commis de péché, ni délit et juste pour avoir reçu ma cliente Amal Houari chez eux , sans savoir qui elle était ».
Toutes les portes se sont fermées devant ma cliente, y compris celles du PJD dont elle est un membre actif.
Selon l’avocat, « toutes les portes se sont fermées devant de sa cliente, y compris celles du PJD dont elle est un membre actif » a-t-il ajouté. Charia précise que l’avocat Ziane et sa famille étaient les seuls à tendre les bras à sa cliente et à partager avec elle la table du f’tour « sans crainte et de manière courageuse ».

Ma cliente a préféré fuir la justice au lieu de présenter de faux témoignages contre Taoufik Bouachrine.

Charia explique pourquoi sa cliente a préféré fuir la justice au lieu d’être contrainte à présenter de faux témoignagnes conte Bouachrine, spécialement après le lynchage médiatique attentant à son honneur et aux conséquences qu’il a eu sur sa personne en tant que femme mariée et mère de famille.
Dans son post, Charia fait remarquer que Maître Ziane est aujourd’hui pris pour cible et rappelle aux générations d’avocats ses qualités humaines et son apport à la profession du barreau au Maroc, en citant de grands procès où Mohamed Ziane s’est illustré en se rangeant du côté des plus faibles comme sa défense de Abdesslam Yassine, leader spirituel du mouvement Al Adl Wal Ihssane et opposant de Hassan II, à l’époque de son assignation à résidence ; la défense des victimes de la campagne d’assainissement menée par l’ex ministre de l’Intérieur Driss Brasri, la défense des magistrats anti-corruption déchus comme Abdelfettah Zahrach et Mohammed Hini, et bien d’autres procès où l’astre de Maître Ziane brillait dans le ciel sombre de la justice marocaine.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.