justice

Affaire Bouachrine: doute sur la fiabilité des vidéos et du relevé téléphonique.

Partager cet article

L’expert juridique et membre du bureau exécutif du Forum de la Dignité pour les droits de l’homme (Mountada Karama), Mohammed Réda remet en cause la fiabilité des vidéos présentées par le parquet comme éléments à charge dans le procès du journaliste Taoufik Bouachrine.

Lors de son intervention à la conférence-débat, organisée par le comité « Vérité et Justice » constitué dans le cadre du procès, Mohammed Réda a déclaré que la police judiciaire a demandé à Ittissalat al-Maghrib (IAM) de lui fournir un relevé des appels téléphoniques de Taoufik Bouachrine entre le premier janvier 2017 et  le 22 février 2018. Selon Réda, le relevé doit mentionner l’identité de la personne mais également les références techniques des capteurs de communication qui déterminent la position géographique de la personne.

Certaines communication effectuées par Bouachrine et dont les dates correspondent à celles des vidéos, ont été « méthodiquement effacées, comme si on ne voulait pas savoir où Bouachrine se trouvait au moment des enregistrements.

Réda a déclaré que la police judiciaire dispose du relevé complet fourni par IAM, précisant que le ministère public n’a versé au dossier qu’une version incomplète du relevé. Réda a précisé que « les conseils de Bouachrine ont mené leur enquête pour découvrir que certaines communication effectuées par Bouachrine et dont les dates correspondent à celles des vidéos, ont été « méthodiquement effacées, comme si on ne voulait pas savoir où Bouachrine se trouvait au moment des enregistrements ».

Par ailleurs, Réda indique que l’absence de données sur la position géographique des capteurs de communication démontre que Bouachrine était loin du lieu d’enregistrement.

Reda a également évoqué des procès verbaux relatifs à des d’infractions de la route commises par Bouachrine loin de Casablanca et dont les dates correspandent à celles des vidéos. ainsi que la présence d’un certificat médical délivré par l’hôpital Cheikh Zayd de  rabat attestant que Bouachrine était hospitalisée durant 30 jours qui ont coïncidé avec les dates de certaines vidéos.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.