Droits humains

Affaire Bouachrine: une plaignante s’insurge contre le comité « Vérité et Justice ».

Partager cet article

Naima Lahrouri, principale plaignante dans le procès du journaliste Taoufik Bouachrine, a tenté à plusieurs reprises de contacter des défenseurs des droits de l’homme, membres du comité « Vérité et Justice » constitué en marge du procès.

La défenseure des droits de l’homme Khadija Riyadi, confirme avoir reçu un appel téléphonique de Lahrouri pour solliciter un rendez-vous. Lahrouri n’a pas présenté de motifs pour cette réunion mais Riyadi suppose qu' »elle voulait présenter sa version des faits, surtout après la création du comité dont je fais partie et suite à mes déclarations à la presse ». Riyadi précise que « la réunion n’a jamais eu lieu car la date proposée à Lahrouri ne lui convenait pas et qu’elle n’en a pas proposé d’autre ».

Riyadi précise que le comité est ouvert à tous et que son objectif vise la réalisation de la justice et de la vérité. « Je suis disposée à dialoguer avec tout le monde » a ajouté Riyadi.

La semaine dernière, Naima Lahrouri a demandé à rencontrer Ahmed El Haij, président de l’AMDH (Association marocaine des droits humains) , qui l’a reçue au siège de l’association à Rabat. Lors de cette rencontre, Lahrouri a défendu son point de vue en tant que victime présumée d’agressions que Bouachrine lui auraient fait subir.

El Haij explique que, durant la réunion, Lahrouri a critiqué l’implication de l’AMDH dans la création du comité « Vérité et Justice » en l’absence des victimes présumées. Une initiative qui manque, selon elle de neutralité en affichant sa « solidarité » avec Bouachrine.

El Haij assure que son association « se tient à égale distance de toute les parties au procès » et cherche à établir, la vérité, la justice et l’équité, affirmant que « le comité est ouvert à tous sans mauvaise foi aucune contre quiconque.

Lors de la réunion , El Haij a expliqué à Lahrouri qu’il existe une opinion juridique qualifiant l’arrestation de Bouachrine d' »arbitraire » et qui suscite un « débat juridique normal ».

Lahrouri a également demandé à rencontrer le bâtonnier Abderrahman Benameur qui a refusé de la rencontrer. Suite à cela, Lahrouri a publié sur son compte facebook une longue lettre à l’avocat, immédiatement reprise par des sites d’information connus pour leur attaques systématiques contre des défenseurs des droits de l’homme et des personnalités critiques à l’égard du pouvoir en place.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.