Monde

Morocco 2026 et le conflit du Sahara

Partager cet article

Les américains craignent que les déclarations de leur président Donald Trump sur l’immigration et la politique étrangère coûtent des voix à la candidature de l’Amérique du Nord pour l’organisation de la Coupe du monde en 2026. Côté Maroc, c’est le conflit territorial au Sahara qui fait couler beaucoup d’encre.

Largement critiquées par la FIFA pour le manque d’infrastructures et sa législation répressive contre les minorités sexuelles, les revendications du Maroc sur le Sahara Occidental semblent également être un argument pour certaines fédérations de football pour voter contre le Maroc à l’approche du vote de la FIFA mercredi.

Le Sahara occidental figure sur la carte du Maroc dans son cahier des charges. C’est pourquoi certains groupes de défense des droits de l’homme demandent aux fédérations de football de ne pas voter pour le Maroc.

« La FIFA a procédé à une évaluation de la demande marocaine, mais elle a complètement ignoré l’affaire du Sahara occidental », a déclaré le Comité de soutien norvégien au Sahara Occidental dans une lettre adressée cette semaine à la Fédération norvégienne de football. Et d’ajouter: « l’évaluation de la FIFA a même échoué à établir la frontière entre le Maroc et le Sahara occidental sur sa carte ».

Dernière zone restante sur la liste des «territoires non autonomes» des Nations Unies, le Sahara Occidental est l’un des sujets les plus sensibles au Maroc.

Les courriels de cette semaine demandant des réponses marocaines spécifiques aux critiques dans le rapport d’inspection de la FIFA, qui signalait trois aspects « à haut risque », n’ont pas reçu de réponse.

La décision du vote a été retirée à un groupe de cadres de la FIFA et donnée au congrès, permettant à plus de 207 fédérations de football de voter.

Le gouvernement sud-africain a déclaré qu’il ne soutiendrait pas la candidature du Maroc et les responsables de la fédération ont refusé lundi de confirmer s’ils voteraient pour l’offre conjointe des Etats-Unis, du Canada et du Mexique.

Les règles de la FIFA interdisent aux gouvernements d’intervenir dans les décisions des fédérations de football. Pourtant, Tokozile Xasa, le ministre sud-africain des Sports a déclaré : »nous sommes très clairs sur le fait que nous ne pouvons pas soutenir le Maroc et c’est une obligation pour les organismes sportifs de comprendre la position du gouvernement. »

La Namibia Football Association a elle aussi rejeté  la candidature marocaine, affirmant qu’elle ne soutiendra pas un pays « colonisateur ». Mais les responsables de la Fédération, lors d’une réunion de la Confédération Africaine de Football à Moscou ont refusé lundi de discuter de leurs intentions de vote.

Pour Abdelmajid Belghazal, un expert du conflit, « le Maroc se serait trahi s’il n’avait pas inclus le Sahara sur la carte », a-t-il déclaré. « C’est juste évident. La question du Sahara est toujours soulevée parmi les adversaires du Maroc. Mais inclure cette question dans le football à une semaine du vote est vraiment inutile ».

Le cahier des charges du Maroc ne prévoit pas de jouer au Sahara Occidental et l’Algérie, projette de voter pour le Maroc.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.