Boycott

Les camarades de Nabila Mounib se mobilisent pour une grève générale

Partager cet article

Plusieurs organisations de gauche ont annoncé leur participation à la grève générale organisée par la CDT le 20 juin prochain. L’événement commémore l’anniversaire de la grève générale du 20 juin 1981. A l’époque, les Marocains avait protesté contre la décision du gouvernement d’augmenter les prix des produits alimentaires de base. Aujourd’hui, la FGD, le PVD, l’AMDH, ATTAC-Maroc et la FNE appelle l’ensemble des travailleurs dans les secteurs public et privé à participer « massivement » à la grève générale de la semaine prochaine. Le communiqué conjoint de ces organisations appelle à « la résistance contre la régression des acquis sociaux et l’effondrement du pouvoir d’achat ».

Nabila Mounib: « dans toute l’histoire du Maroc, le seul véritable gouvernement digne de ce nom fut celui de Abdellah Ibrahim ».

Les organisations de gauche signataires de l’appel rendent responsables les politiques néolibérales pratiquées par le gouvernement de « la destruction des services publics comme l’enseignement, la santé et l’emploi ». Par ailleurs, ces organisations appellent à une « convergence des efforts entre le hirak populaire, les contestations sociales et le mouvement de boycott, afin de réaliser la liberté, la dignité et la justice sociale ». Nabila Mounib, Secrétaire général du PSU dénonce la crise actuelle et la position du Maroc dans les deniers rangs des indices du développement humain. Elle attire l’attention sur le taux de chômage trop élevé de 45% chez la jeunesse urbaine. Selon Mounib, « la corruption gangrène tellement le pays qu’elle est devenue un élément structurelle de l’économie ».  Mounib appelle le gouvernement à établir un dialogue national entre les différentes composantes de la société.  Le but étant de « mettre un terme à la politique de répression contre les contestations populaires et proposer des alternatives ».

Par ailleurs, Mounib considère que le gouvernement actuel ne dispose pas du pouvoir pour gouverner. Selon la leader FGD, « le seul véritable gouvernement digne de ce nom dans toute l’histoire du Maroc fut celui de Abdellah Ibrahim ». Dans une déclaration à la presse, Mounib a précisé que le Maroc a besoin de réformer l’ensemble du champs politique, notamment la législation électorale. Elle préconise de « lutter contre les partis de l’administration » et la libération des détenus politiques. Selon Mounib, le gouvernement actuel est faible et se laisse « manipuler » par les sphères du pouvoir, ce qui explique « sa politique anti-populaire ».

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.