Droits humains

Khadija Riyadi et « l’arrogance » du retrait des Etats-Unis du CDHNU

Partager cet article

Khadija Riyadi

Khadija Riyadi

La défenseure des droits de l’homme, Khadija Riyadi qualifie « d’arrogant » le retrait des Etats-Unis du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (CDHNU).

Khadij Riyadi, lauréate du Prix de l’ONU pour les Droits de l’Homme en 2013 considère que le retrait annoncé par l’administration Trump intervient dans le cadre d’une « politique globale des Etats-Unis consistant à se retirer d’un ensemble d’accords et de traités internationaux comme en témoignent les retrait de l’UNESCO en 2017″ ou de l’Accord de Paris sur le climat récemment.

Riyadi a qualifié la décision « d’arrogante » et « d’hypocrite » envers les causes des droits de l’Homme à travers le monde. Selon Riyadi, avec cette décision, les Etats-Unis rejoignent la Corée du Nord et l‘Iran, qu’ils ont l’habitude de critiquer.

Riyadi, actuellement coordinatrice de la Coalition Marocaine des Organisations des Droits de l’Homme (CMODH, rassemblement de 22 organisations des droits de l’homme au Maroc) et première femme arabe à obtenir le Prix des nations Unies pour les Droits de l’Homme, a déclaré que les investigations entreprises par le CNHDU concernant les violations commises par l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien gênent Washington. Selon Riyadi, cette question récurrente lors des réunions du CNHDU et qui mécontente les Américains, a été prise comme prétexte pour annoncer leur retrait. »

Pour Riyadi, la décision n’aura pas de conséquence majeure sur le CNHDU, qui représente plus une autorité morale dont les recommandations ne sont pas contraignantes pour les Etats membres. Riyadi a ajouté que les Etats-Unis ont pris l’habitude de fuir leur responsabilité devant le CNHDU, notamment au sujet des récentes critiques exprimées par la Haut Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme (HCDH) concernant la politique de l’administration Trump en matière d’immigration.

Selon Riyadi, « avec ce retrait, les Etats-Unis seront moins enclins à respecter les droits de l’Homme sur leur territoire, d’autant que sur le plan international, ce pays fait partie des plus grands violeurs des droits des peuples dans toutes les régions du monde ».

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.