justice

Coup de filet en Espagne contre un trafic d’enfants marocains

Partager cet article

 

Europol

Agents d’Europol et de la Police Nationale Espagnole œuvrant lors de l’opération.

Les bandes criminelles opéraient à travers l’Espagne et le Maroc et étaient impliquées dans le trafic d’enfants non accompagnés – principalement des ressortissants marocains – en Espagne en leur fournissant logements et documents.

Avec le soutien d’Europol, la police nationale espagnole a démantelé deux groupes criminels organisés visant à faciliter l’entrée illégale de mineurs non accompagnés du Maroc en Espagne, dans le cadre d’une enquête en deux phases menée dans plusieurs provinces d’Espagne.

Vingt-huit membres de l’organisation criminelle ont été arrêtés en Espagne et dix maisons ont été fouillées dans différentes provinces d’Espagne. Pendant l’opération, la police a saisi de nombreux faux documents, des dispositifs de stockage de données et des téléphones portables.

Plus de 100 enfants passés clandestinement

On estime que plus de 100 mineurs ont été passés clandestinement en utilisant différents modes opératoires. Les mineurs ont été recrutés au Maroc et sont entrés illégalement en Espagne en utilisant des moyens de transport dangereux, soit par mer sur des pateras (petits bateaux en bois), des jet-skis ou des bateaux de pêche, soit par des passages frontaliers cachés dans des véhicules et des camions.

Les auteurs du trafic semblaient organisés et professionnels. Le réseau avait plusieurs contacts au Maroc pour effectuer les transport les enfants clandestins en contrepartie de 2 000 à 8 000 euros, selon les moyens de transport et les conditions météorologiques.

Une fois que les mineurs non accompagnés ont atteint l’Espagne, on leur a dit d’informer la police qu’ils étaient mineurs. Les enfants ont ensuite été emmenés dans un centre d’accueil où leurs documents ont été préparés.

Enlevés sur le sol espagnol

L’enquête a été réalisée en deux phases différentes. Au cours de la première phase, la police a démantelé un groupe criminel impliqué dans un trafic de mineurs du Maroc vers l’Espagne et leur a fourni des documents. En conséquence, 22 membres du groupe ont été arrêtés dans diverses villes à travers l’Espagne. Trois des personnes arrêtées, d’origine marocaine, travaillaient pour un centre d’accueil pour mineurs dans les Asturies.

Une fois sur le sol espagnol, un deuxième groupe criminel a kidnappé les mineurs, les cachant dans les forêts de la province de Cadix ou dans des maisons sécurisées. La bande criminelle a collecté de l’argent en extorquant les familles des mineurs au Maroc, utilisant parfois la violence et les menaces, jusqu’à ce qu’ils payent une rançon de 500 euros pour libérer les enfants.

Au cours de la deuxième phase de l’enquête, six membres du groupe ont été arrêtés.

Le Centre Européen de Trafic de Migrants (EMSC) d’ Europol a soutenu l’enquête avec échange d’informations et analyse. Lors de la journée d’action, deux experts d’Europol ont été déployés à Oviedo et Castellón en Espagne, équipés de bureaux mobiles pour soutenir les opérations sur place. Cela a permis un échange d’informations en temps réel et des vérifications croisées des données collectées par rapport aux bases de données d’Europol.

La contrebande par voie terrestre à travers les points de passage frontaliers a été particulièrement préoccupante pour Europol et fait l’objet d’une surveillance étroite en tant que moyen de transport largement utilisé par la route des Balkans. Par le passé, plusieurs cas ont mis en évidence les risques associés à ce mode opératoire, comme l’ opération Halifax où les autorités estimaient qu’environ 400 migrants irréguliers avaient pénétré illégalement en Europe dans des véhicules spécialement adaptés dans des conditions mettant leur vie en danger.

Trafic d'enfants marocains

Photos Europol et de la Police Nationale Espagnole.

Partager cet article

Publicités

Catégories :justice, Monde, Société

Tagué:, , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.