Politique

El Othmani donne ses instructions pour dynamiser les inspections.

Partager cet article

Saad Eddine El Othmani

Saad Eddine El Othmani, chef de l’exécutif lors d’un récent conseil de gouvernement.

Le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani a donné ses instructions aux ministres pour dynamiser les inspections générales des différents départements ministériels.

Lors d’une réunion du Conseil de gouvernement, Saad El Othmani a demandé aux inspections générales des différents ministères d’élaborer des plans d’action « annuels et réguliers » et de transmettre leurs rapports à la primature chaque fois que nécessaire.

El Othmani a également donné ses instructions aux ministres pour ouvrir des enquêtes administratives sur les affaires de corruption ou de détournement de bien publics, révélés par les différents supports de la presse nationale (électronique, papier ou autre) et qui comportent « des éléments suffisamment crédibles justifiant l’intervention des services d’inspections ».

El Othmani a exigé des « rapports d’enquêtes détaillées, menées sur le terrain en cas de faits présumés de corruption ou de détournement de biens publics ». « Aucun cas ne doit-être négligé » a précisé El Othmani.

Par ailleurs, le Chef du gouvernement a salué la presse d’investigation ainsi que les citoyens qui interagissent avec le portail « Chikaya.ma mis en place par le gouvernement pour recevoir des plaintes et des alertes concernant des dysfonctionnements au sein de l’administration publique.

Le chef de l’exécutif a précisé que l’initiative vise à « mettre à niveau l’administration marocaine pour qu’elle soit au service des citoyens ».

Dimanche, lors d’une rencontre organisée par les cadres de son parti, Saad Eddine El Othmani a déclaré que « la corruption fait perdre au Maroc 5% de son PIB soit environ 50 milliards de dirhams par an. Un budget suffisant pour la construction de 150 hôpitaux équipés des meilleures techniques de soin et la construction de 300 établissements scolaires ».

Rappelons que récemment, le président du parquet Général, Mohammed Abdennabaoui a souligné les difficultés rencontrées par la justice à confondre les auteurs des crimes financiers, notamment par la multiplicité des acteurs et de la complexité des règles de compétence.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.