Droits humains

Benameur sur le procès du Hirak: « des peines sévères et déraisonnables ».

Partager cet article

Abderrahman Benameur

Abderrahman Benameur, avocat et défenseur des droit de l’Homme.

Le ténor du barreau et défenseur des droits de l’Homme, Abderrahman Benameur, a qualifié les sentences prononcées contre les détenus du Rif de « sévères et déraisonnables ».

Dans une déclaration au site Lakome2, Benameur a précisé qu’il n’a pas assisté au procès mais qu’il en suivait le déroulement par le biais de ses collègues avocats pour s’apercevoir de l’absence d’un procès équitable et de l’existence de nombreuses violations de la procédure judiciaire.

Benameur affirme que la justice marocaine depuis l’indépendance n’a jamais été indépendante car ce principe suppose l’existence d’une démocratie, ce qui fait défaut au Maroc.

Selon le bâtonnier, le Maroc n’a toujours pas construit un Etat sur des fondements démocratiques prenant en compte les droits de l’Homme et les libertés fondamentales.

Benameur a précisé que la Cour a statué conformément aux peines requises par le parquet sans qualification des faits pour déterminer s’il s’agit de crimes ou de délits et si ces faits sont avérés ou non. Par la suite, l’avocat estime que le juge aurait dû comparer les sanctions minimales et maximales avant de déterminer si les accusés peuvent bénéficier de circonstances atténuantes.

Pour Benameur, les activistes du Hirak méritaient l’acquittement, espérant que les condamnations soient revues en appel.

Rappelons que la chambre criminelle de la cour d’Appel de Casablanca a prononcé des peines entre 1 et 20 ans de prison ferme contre les détenus du Hirak du Rif.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.