Société

Khalid Zerouali : « la Libye crée des pressions sur la migration au Maroc »

Partager cet article

Migration

Opération de régularisation des migrants subsahariens au Maroc.

Le Maroc voit de plus en plus de migrants tenter de se rendre en Europe dans un contexte de répression croissante de la route de l’immigration entre la Libye et l’Italie, a annoncé jeudi Khalid Zerouali, directeur de la surveillance des migrations et des frontières.

Khalid Zerouali a également déclaré que le Maroc ne souhaite pas accueillir un centre où les migrants pourraient attendre avant d’obtenir leur droit d’asile en Europe, une idée que les dirigeants de l’Union européenne  (UE) discutaient lors d’un sommet à Bruxelles.

« Ce n’est pas une solution« , a déclaré M. Zerouali à propos des « plates-formes de débarquement régionales » en Afrique que les dirigeants européens envisageaient. Les centres n’empêcheraient pas les migrants européens d’entrer au Maroc, et l’aide financière de l’UE pour renforcer la sécurité frontalière serait plus utile, a-t-il déclaré.

Les migrants utilisent de plus en plus le Maroc comme point de départ vers l’Espagne, soit en traversant le détroit de Gibraltar depuis Tanger sur des embarcations délabrées ou même en jet-skis, soit en passant par les deux présides occupés, Ceuta et Melilla.

La plupart d’entre eux sont partis de pays d’Afrique subsaharienne et sont entrés au Maroc le long de la frontière terrestre de 1 560 kilomètres avec l’Algérie. Mais les Nord-Africains et les Marocains font également partie des milliers de personnes qui espèrent faire une nouvelle vie en Europe.

« En voyant ce qui se passe en Libye et en Afrique, vous avez des facteurs de pression en Afrique et des facteurs d’attraction en Europe », a déclaré Zerouali. « Aujourd’hui, le Maroc subit beaucoup de pression. »

Il a déclaré que ses patrouilles frontalières ont réalisé 65 000 interceptions en 2017 et 25 000 ont été arrêtées jusqu’à présent cette année.

M. Zerouali a indiqué que le Maroc dépensait jusqu’à 200 millions d’euros pour empêcher les migrants de partir quand « normalement nous devrions les empêcher d’entrer« . Le royaume souhaite l’aide européenne pour continuer de jouer son  rôle de gardien de l’immigration en Europe.

« Nous sommes un partenaire stratégique pour l’Europe. Avec ce qui se passe aujourd’hui dans la région, le Maroc a besoin de soutien afin que nous puissions faire face à la pression croissante », a déclaré M. Zerouali.

L’Organisation internationale pour les migrations(OIM)  estime que le nombre de migrants au Maroc au cours des six premiers mois de 2018 était d’environ 35 500.

Par ailleurs, M. Zerouali dément les accusations de traitement inhumain et la violence aux frontières dénoncées par les organisations de défense des droits de l’Homme, y compris  dans des rapports de centres de détention non officiels.

Il a déclaré que les options de retour en toute sécurité dans leur pays d’origine sont systématiquement présentées aux personnes qui sont entrées illégalement au Maroc ou qui partent d’une manière montrant clairement leur intention d’entrer en Europe sans autorisation.

S’ils préfèrent rester au Maroc, «nous les aidons à aller dans d’autres villes. Il a déclaré que 27 000 migrants ont demandé à rester au Maroc.

Beaucoup sont si déterminés à traverser la mer, qu’ils vont tenter d’escalader les barbelés tranchants de Sebta et Melilla, même si les agents de contrôle des frontières sont là pour les arrêter, selon M. Zerouali.

« Ils le font par groupes de 300 ou 400 personnes, et les membres des forces (frontalières) n’utilisent que des mains et non des armes létales pour les arrêter », a-t-il dit.

Zerouali s’est plaint de l’échec de l’Algérie à empêcher le passage des migrants à travers sa frontière avec le Maroc.

L’Algérie et le Maroc entretiennent des relations tendues depuis des décennies sur le territoire contesté du Sahara Occidental, empoisonnant toute coopération.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.