Economie

Des dirigeants d’OCP Kenya arrêtés et poursuivis pour tentative de meurtre.

Partager cet article

OCP

Mykonos Bay: Il part de Mombasa pour la haute mer et est actuellement amarré au large des côtes du Mozambique. PHOTO | GROUPE NATION MEDIA

Un navire transportant 10 000 tonnes d’engrais marocain à Mombasa au sud Kenya a fui en haute mer pour éviter que la cargaison ne soit testée avant d’être déchargée.

Ceci est intervenu à la suite d’un scandale où des engrais décrits par les autorités kényanes comme contaminés ou de qualité inférieure ont été autorisés dans le pays et remis aux agriculteurs.

Mercredi, le directeur des enquêtes criminelles du Kenya, George Kinoti, a déclaré qu’il poursuivrait le navire en faisant appel à Interpol pour s’assurer qu’il ne déchargerait pas la cargaison n’importe où. « S’il avait une cargaison conforme, pourquoi a-t-il fait demi-tour même après avoir payé 18 millions de shillings en taxes (1 million 750 mille dirhams)? », s’est interrogé M. Kinoti.

La cargaison appartient à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), l’un des plus grands exportateurs de phosphate au monde. Récemment, l’entreprise a été accusée par le gouvernement kényan d’exporter des engrais contaminés au mercure. L’entreprise a rejeté cette accusation, affirmant qu’elle était injustement ciblée.

Les autorités kényanes refusent la mainlevée sur la marchandise.

La société Bollore Transport and Logistics a informé la douane Kényane que le navire Mykonos Bay transportait du clinker et a demandé une mainlevée sur la cargaison, proposant un arrangement afin que la marchandise échappe aux contrôles et aux inspections habituels des douaniers pour qu’elle soit acheminée rapidement dans des camions en attentant son transport vers le reste du pays.

Le clinker est un résidu de charbon utilisé dans la fabrication du ciment. Un responsable Kényan a déclaré que la cargaison, n’étant pas sensible, peut généralement bénéficier d’une mainlevée douanière.

Les autorités portuaires de Mombasa ont refusé d’accorder la mainlevée et ont demandé que des échantillons de la cargaison – dont la valeur totale a été estimée à 368 millions de shillings (34 millions 750 mille dirhams) – soient envoyés à un laboratoire de Nairobi pour être testés. C’est à ce moment que le navire est parti en haute mer. Il est actuellement amarré au large des côtes du Mozambique.

Le certificat de vérification de la conformité avant exportation (PVoC) montre que le navire a quitté Casablanca le 25 mai pour Mombasa.

L’exportateur est OCP SA tandis que l’importateur est OCP Kenya, deux filiales d’OCP Group, le fabricant et distributeur multinational d’engrais Marocain. Le certificat indique que le navire transportait 10 000 tonnes d’engrais phosphaté de diammonium en vrac. En outre, les documents montrent que l’OCP a payé une redevance de 654 689 shillings (62 000 dirhams).

Bolloré est répertorié comme l’agent de dédouanement et d’expédition autorisé à traiter au nom de l’OCP. Une lettre signée par John Karanja, directeur des opérations de Bolloré, a fait la demande de mainlevée.

OCP Kenya a confirmé qu’il avait ré-acheminé sa cargaison en raison de ce qu’il a qualifié de tests « inutiles » que les responsables kényans voulaient effectuer.

L’OCP juge l’inspection inutile et suspend ses exportations au Kenya.

Un responsable des relations publiques représentant la compagnie a déclaré que la cargaison avait déjà fait l’objet d’une inspection au Maroc avant d’être autorisée à l’exportation, ajoutant qu’elle n’avait pas besoin d’une inspection supplémentaire à Mombasa.

« D’autres tests auraient obligé le navire à accoster à Mombasa pour deux semaines supplémentaires en attendant l’autorisation. L’OCP soupçonne que ses concurrents tentent de saboter ses opérations au Kenya « , a déclaré Alfred Ng’ang’a, s’exprimant au nom de l’entreprise.

La société a également publié une déclaration de suspension des exportations vers le Kenya en citant « les défis et les risques opérationnels graves découlant d’accusations non fondées, basées sur des informations erronées et opportunistes ».

« Dans ces circonstances, nous considérons que la sécurité juridique de nos opérations au Kenya n’est plus assurée », a déclaré l’OCP. « Nous avons donc décidé de suspendre temporairement nos exportations vers ce pays. »

Des dirigeants d’OCP Kenya arrêtés et poursuivis pour tentative de meurtre.

OCP Kenya a fait les gros titres après l’arrestation de ces dirigeants par la Direction des enquêtes criminelles la semaine dernière pour avoir importé 5,8 millions de kilogrammes d’engrais de qualité non conforme.

Les enquêtes menées par le parquet kényan ont montré que l’engrais ne répondait pas aux normes requises et qu’au lieu d’être réexpédié au Maroc, il avait été mis sur le marché.

Le parquet kényan a requis que les dirigeants de l’OCP et les fonctionnaires du Bureau des normes du Kenya qui ont été arrêtés en même temps soient jugés pour tentative de meurtre en raison de la nature dangereuse de l’engrais.

Mais dans un communiqué publié dimanche, l’OCP a déclaré qu’il s’était conformé à toutes les normes et avait effectué ses propres « tests rigoureux » pour vérifier la sécurité et l’efficacité de ses engrais.

« En l’espèce, la conformité de la cargaison a été attestée par plusieurs expertises indépendantes, menées par des sociétés d’inspection de renommée internationale (SGS, Bureau Veritas et Cropnuts) « , a affirmé l’entreprise dans son communiqué.

Mykonos Bay rebrousse chemin et amarre au large du Mozambique.

Le site web Traffic Traffic a signalé le navire le 22 juin naviguant au large de la côte du Mozambique à Beira à une vitesse de 1,2 noeuds. Le site qui répertorie les positions quotidiennes et les escales de tous les navires, a rapporté mercredi que le cargo avait jeté l’ancre à Beira.

On ne sait pas non plus si le navire se dirigeait effectivement vers Mombasa puisque les données du système d’information automatique (AIS) utilisées sur les navires et par les services de trafic maritime indiquaient que Mykonos Bay se dirigeait vers Beira à son départ du Port de Jorf Lasfar le 11 mai 2018.

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.