Société

Pourquoi le docteur EChafî a-t-il démissionné?

Partager cet article

Mehdi Chafai

A droite, le docteur Mehdi Echafî, entouré de sympathisants.

La démission du docteur Echafî a capté l’attention des internautes sur les médias sociaux après une polémique qui a duré plusieurs mois.

L’histoire du chirurgien-pédiatre Mehdi Echafî remonte à une année lorsqu’il s’est trouvé au centre d’un conflit l’opposant à des personnes qu’il qualifie de « lobbys de la corruption » à dans le village de Tiznit au sud du Maroc.

Durant la période précédente, le médecin a pris l’habitude de poster des vidéos relatant son quotidien à l’hôpital et « les abus de certains membres du personnel administratif ».

Le médecin a déclaré: « les patients qui viennent à l’hôpital sont obligés de s’acquitter de sommes extralégales pour exercer leurs droits pourtant garantis par la loi ».

Le ministère de la Santé s’explique.

De son côté, le ministère de la Santé a déclaré dans un communiqué que le médecin « a commis plusieurs fautes, notamment la divulgation du secret professionnel et l’exploitation matérielle des patients en les incitant à se procurer des médicaments auprès d’une pharmacie spécifique », c’est pourquoi, il a été convoqué à un Conseil de discipline.

De plus, le ministère a précisé avoir reçu une plainte de la part d’un parent accusant le médecin d’avoir refusé de soigner son fils et de l’avoir dirigé vers un autre hôpital sans raison convaincante.

Le médecin répond.

Dans un entretien téléphonique avec le site BBC Trending, le médecin a démenti le fait d’avoir refusé de soigner l’enfant, affirmant qu’il était « obligé de le diriger vers un autre hôpital à cause de l’absence d’équipements nécessaires pour le soigner ».

Le médecin a ajouté qu’il n’a publié aucune donnée concernant ledit patient mais que les campagnes de lynchage qui l’ont pris pour cible l’ont obligé à publier un post pour éclaircir le problème au public.

Par ailleurs, le médecin fait face à un procès pour insulte intenté contre lui par le directeur de l’hôpital provincial.

Néanmoins, M. Echafî affirme que l’origine du problème repose sur les pressions dont il a fait l’objet dans certaines opérations de corruption. Et de poursuivre: « Je ne cherche pas la gloire et je n’ai pas transgressé les règles de déontologie. La plupart des photos en compagnie des enfants patients ont été prises par leurs proches ».

Au final, le médecin a déclaré vouloir renoncer à la médecine après que son travail se soit « transformé en une infraction susceptible de le conduire en prison », a-t-il affirmé.

Les médias sociaux réagissent.

Le jeune médecin s’est vite fait connaitre après la propagation virale  de ses vidéos en train de soigner gratuitement des centaines de familles démunies de Tiznit.

Des bloggeurs affirment que les activités bénévoles du médecin lui ont valu le titre de « médecin des pauvres » auprès des habitants du village.

En outre, les utilisateurs de Facebook ont révélé que le médecin a réalisé gratuitement plus de 500 opérations chirurgicales, précisant que son sérieux et son intégrité ont démasqué ses collègues négligents dans l’accomplissement de leur travail, selon les propos de certains.

 

 

 

Des activistes sur Facebook ont exprimé leur solidarité avec le médecin et ont refusé sa démission, exhortant les autorités à intervenir pour lui rendre justice.

De plus, des activistes ont déclaré que l’histoire du médecin de Tiznit résume la réalité des hôpitaux dans les campagnes marocaines et la considère comme une démonstration de « l’inertie des responsables à combattre la corruption ».

Des twittos ont appelé les autorités à ouvrir une enquête urgente et impartiale afin que l’affaire ne soit pas renvoyée aux calendes grecques « comme d’autres affaires de corruption au Maroc ».

Par ailleurs, d’autres internautes ont partagé les vidéos d’un sit-in de protestation organisé par les habitants du village en solidarité avec le médecin.

Certains ont lancé un hashtag  #كلنا_المهدي_الشافعي (nous sommes tous Mehdi Chafai), exhortant le médecin de revenir sur sa décision de démission.

En revanche, quelques uns ont reproché au médecin de ne pas respecter les règles de déontologie.

 

Partager cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.